Translate

vendredi 26 août 2016

GUÉRISON DANS LA RUE (CANADA)



Un énorme merci à Jonathan Bouchard pour ce partage !
Jeune fille guéri des vertèbres, hanche, chevilles et kyste dans le nom de Jésus!
Toute gloire à notre Seigneur!

mercredi 24 août 2016

10 CONSÉQUENCES NÉFASTES DE LA PORNOGRAPHIE






c4 

Nous allons aborder aujourd’hui le thème de la pornographie. Un huitième des recherches sur internet est directement lié à la pornographie et du contenu pornographique a été recherché plus de 2 612 000 000 sur internet depuis 2015. Une vraie épidémie !
Il est de plus en plus facile d’accéder aux films pornographiques. Aujourd’hui, 9 garçons sur 10 sont exposés à la pornographie avant l’âge de 18 ans.
Beaucoup d’enfants de 10 ans ont déjà vu au moins une fois un film pornographique. Dans la culture occidentale, la pornographie est traitée comme si elle est inoffensive, et tout le monde y accède assez facilement sur internet. Mais ses effets sont dévastateurs. La pornographie ravage de nombreux mariages.

Beaucoup de femmes se sentent perdues dans leur mariage et essayent sans y parvenir de trouver des solutions car leurs maris ne veulent jamais de rapports intimes ou ne sont jamais satisfaits au lit. Leurs maris les trouvent ennuyeuses ou pas attirantes. Leurs maris leur demandent de faire des choses qui leur font honte, ou leur demandent des positions de plus en plus bizarres et compliquées. Et la racine de beaucoup de ces problèmes est très souvent la pornographie. Le fait est que ces images agissent au niveau du cerveau et laissent des séquelles.

Je précise que certaines femmes sont aussi addicts à la pornographie, aussi! Alors que quelques uns des points suivants concernent juste les hommes, beaucoup d’entre eux s’appliquent aux deux sexes.

1) Ceux qui consomment fréquemment des images pornographiques finissent par ne plus être stimulés uniquement par leur conjoint. Ces images stimulent les centres d’excitation qui se trouvent dans le cerveau. Et quand la consommation s’accompagne d’un orgasme (libération de la tension via la masturbation), une réaction chimique se produit et des hormones sont libérées. Par ce moyen, le cerveau commence à associer l’excitation avec une image, une idée ou une vidéo, plutôt qu’une personne.

Pour ceux qui ne regardent pas de la pornographie et se sont gardés jusqu’au mariage, ces hormones sont libérées pour la première fois quand ils vont avec leur conjoint et ce qui permet de créer des liens intenses aussi bien au niveau émotionnel que physique.  Mais ceux qui passent beaucoup de temps à regarder du porno habituent leur cerveau à associer stimulation et extase à des images ou vidéos. Et certains arrivent au point de devoir absolument regarder des images ou vidéos pour pouvoir passer à  l’acte avec leur conjoint ! C’est terrible !

2) La pornographie détruit la libido. Ceux qui ont consommé ou consomment actuellement de la pornographie ont souvent beaucoup de problèmes avec leur libido. Ils sont difficilement stimulés par leur conjoint. Aujourd’hui, beaucoup de nos ados grandissent avec un accès tellement facile aux images pornographiques sur leurs téléphones, leurs tablettes, etc. (C’est particulièrement marqué chez les garçons). Une des conséquences, c’est que beaucoup de jeunes mariés ont difficultés à cause des séquelles de cette consommation dans l’adolescence.

3) La pornographie rend sexuellement paresseux. Dans la pornographie, il n’y a pas de préliminaires. Tout le monde est toujours stimulé. Et pour la personne qui regarde, il n’y a pas besoin de faire un effort en particulier pour être stimulé, c’est automatique. La pornographie rend l’excitation gratuite. Les hommes qui s’habituent à cela ont du mal à juste prendre du temps avec leur femmes… Et quand elle n’est pas stimulée rapidement, ils pensent généralement que c’est de sa faute ou ils la croient frigide. Celui qui consomme beaucoup de pornographie approche les rapports intimes avec sa femme comme un moment pour se faire plaisir à lui-même, et plus vraiment comme un moyen de satisfaire les besoins de sa femme ou d’expérimenter quelque chose de super ensemble.

4) La consommation fréquente de pornographie affecte l’intimité. Les centres de stimulation et de plaisir dans notre cerveau sont censés associer rapports intimes avec plaisir physique et un vrai sens de l’intimité. Mais dans la pornographie, il n’y a pas d’intimité et de partage. Il y a juste du plaisir. Les consommateurs de pornographie ont souvent du mal à être intime avec leur conjoint pendant le rapport.

Dieu a fait le rapport intime pour réellement unir le mari et sa femme. D’ailleurs, chaque fois que les conjoints atteignent l’extase, une hormone de liaison, l’ocytocine est relâchée et permet de créer des liens forts entre ces deux personnes.

5) Les consommateurs réguliers de pornographie trouvent les rapports intimes réguliers sont ennuyeux. Les alcooliques boivent beaucoup d’alcool pour l’effet d’euphorie que cela leur donne. Mais leur corps commence à le tolérer et ils sont obligés de boire des doses de plus en plus fortes pour obtenir cet effet. C’est pareil avec la pornographie. Pour que ces images/vidéos aient de l’effet sur eux, les consommateurs réguliers sont obligés de regarder des vidéos de plus en plus bizarres, violentes… et la plupart des vidéos qui existent maintenant sont très violentes, absolument moches, extrêmement dégradantes. Aujourd’hui, on estime que 88% des scènes de films pornographiques contiennent des scènes d’agression physique, 49% des scènes d’agression verbale.

La conséquence de cela, c’est que ces personnes ont une vision déformée de ce que l’intimité sexuelle est vraiment. Et souvent, ils demandent des choses de choses plus en plus bizarres à leur conjoint.

6) Les consommateurs réguliers de porno ont souvent du mal à être tendres lorsqu’ils ont des rapports intimes avec leur conjoint. Les moments qu’ils ont avec leur conjoint tendent à être impersonnels, distants, rapides et quelques fois forcés, sans préliminaire et réel désir de stimuler leur conjoint ; avec peu de tendresse ou d’affection.

7) Une autre conséquence néfaste de la pornographie, c’est qu’elle habitue les consommateurs à avoir une satisfaction immédiate et du coup, ils ont du mal tenir sur la durée pendant le rapport intime. Parce qu’ils tendent à se masturber en même temps, ils parviennent souvent très rapidement à l’orgasme et du coup avec le temps certains finissent par souffrir d’éjaculation précoce. A l’autre extrême, d’autres consommateurs souffrent de problèmes d’érection ayant du mal à rester « ferme » suffisamment longtemps parce qu’ils ne sont pas assez stimulés. Eux par contre ont du mal, beaucoup de mal à parvenir à l’orgasme.

8) La pornographie donne une vision biaisée de ce qui est physiquement attirant et les hommes qui regardent régulièrement ces images/vidéos ont tendance à trouver certaines physionomies plus attractives que d’autres. Ce qui bien souvent les empêche d’apprécier leur propre femme.

Tout cela concourt souvent à leur faire penser que les rapports intimes avec leur femme, c’est trop de travail. Ils sont difficilement stimulés, ne trouvent pas leurs femmes attirantes, se sentent obligés de faire des efforts là où ils se sont habitués à une gratification immédiate. C’est une des raisons pour lesquelles ceux qui arrêtent de regarder des images pornographiques vivent dans la masturbation. Ils trouvent plus facile de se soulager tous seuls sous la douche plutôt que de devoir faire des efforts pour connecter avec leur conjoint.

9) La pornographie rend égoïste, car cela fait rentrer celui qui en consomme dans une sorte de spirale dans laquelle il ignore les besoins de son conjoint et se focalise sur le fait d’avoir du plaisir instantanément car la pornographie lui renvoie constamment ce message : tu mérites d’avoir du plaisir quand tu veux et tu ne devrais avoir à faire des efforts pour l’obtenir. Tes désirs sont plus importants que tout autre chose.

10) La pornographie est une porte ouverte aux possessions démoniaques. Cela ouvre des portes à des esprits de séduction, d’impureté. C’est terrible ! Pendant la délivrance d’une jeune fille, le démon qui était en elle a dit : «  j’avais la permission de la posséder et la permission m’a été donnée quand cet enfant a regardé des vidéos pornographiques ».
La pornographie déshumanise les gens.

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut en guérir ! Si vous avez à faire face à ces choses personnellement ou parce que cela concerne votre conjoint, sachez que tout n’est pas perdu et que Christ peut vous restaurer. On en parlera dans un prochain article.

Soyez bénis !
Aisha

jeudi 18 août 2016

PETIT MESSAGE






Les articles qui concernent la pornographie s'adressent en général à des couples mariés chrétiens; mais ils concernent aussi plus que jamais les couples qui ne le sont pas! Si la consommation de porno se fait déjà avant le mariage, ceci deviendra une tumeur grandissante pour le couple! Veillez chèr(e)s ami(e)s à régler le problème avant de vous mariez, c'est important!

Celui ou celle qui regarde du porno deviendra esclave et aura du mal à s'en détacher!

Plusieurs articles suivront sur ce thème qu'il est grand temps d'aborder! Puis pour terminer, je publierai un article sur le pourquoi de cette augmentation de consommation du porno...
Il y a une raison profonde à ça et il faut également l'aborder. Dieu m'a conduit à en parler et à mettre tout ça en lumière afin que ceux qui veulent sincèrement s'en sortir puissent en être délivré.

Bonne journée à tous et soyez grandement bénis, vous êtes aimés de Dieu sachez-le!

SENTINELLE DE CHRIST

mercredi 17 août 2016

LUMIÈRE SUR LE PORNO



Le magazine TIME a publié l’une des plus tristes et des plus terrifiantes unes de couverture que j’aie jamais vues. Ce n’est pas terrifiant comme le carnage de la guerre. C’est terrifiant comme le carnage d’une culture qui est en train de se suicider à petit feu. Le reportage décrit une calamité civilisationnelle répandue à une échelle jamais vue jusqu’ici.

Voici le titre de l’article: « La pornographie, une menace pour la virilité », par Belinda Luscombe. Je ne mets pas le lien de l’article ici, tout simplement parce que la couverture du magazine et au moins l’une des photos dans l’article sont trop explicites pour être partagées. D’ailleurs, l’article lui-même est très explicite, et il ne conviendrait même pas qu’on le lise au travail. Cela étant dit, l’article se présente comme une analyse rationnelle et nonchalante de la manière dont les jeunes hommes utilisent aujourd’hui la pornographie, semblant ignorer qu’il est en train de décrire une crise civilisationnelle.

Au cœur de l’article, on trouve une affirmation selon laquelle il y aurait une violente réaction contre la pornographie du net parmi les jeunes hommes qui en ont été de gros consommateurs pendant leur adolescence et l’âge adulte. Luscombe écrit:
« Un nombre croissant de jeunes hommes est convaincu que leur désir sexuel a été saboté parce que leur cerveau a mariné dans la pornographie virtuelle durant leur adolescence. Leur génération a consommé des contenus sexuels explicites en quantité et variété comme jamais auparavant, grâce à des équipements électroniques rapides et discrets. Cela à un âge où leur cerveau était le plus malléable, plus ouvert au changement permanent qu’à n’importe quelle autre période de la vie. Ces jeunes hommes se sentent comme des rats de laboratoire piégés qui auraient été soumis à des expériences de conditionnement sexuel pendant toute une décennie. »
Le reste de l’article de Luscombe relate tout ce que ces jeunes hommes ont consommé pendant la dernière décennie et les conséquences que cela a eu dans leur relation d’adulte avec de vraies femmes. Beaucoup d’entre eux sont tout simplement incapables de ressentir un désir sexuel envers une « vraie » femme vivante. Seule la pornographie leur permet d’obtenir cette excitation. En fait, ils préfèrent la pornographie.

Mais c’est précisément là que le tableau devient vraiment sombre. La pornographie a été un élément omniprésent dans leur vie pendant une bonne décennie. À ce titre, il faut garder en tête deux dates. En 2007, plus de 50% des foyers américains sont équipés de l’internet haut débit. En 2013, plus de 50% de la population possède un smartphone. Cela signifie qu’à un moment autour de 2007, la majorité des Américains pouvaient accéder à un contenu pornographique, non plus seulement au travers d’images statiques, mais grâce à des vidéos gratuites, disponibles à tout moment et montrant des personnes prenant part à un acte sexuel. En 2013, la majorité des Américains pouvait accéder à des vidéos pornographiques en tout lieu et à tout moment grâce à leur smartphone.
La moyenne d’âge des jeunes qui sont exposés pour la première fois à la pornographie est de 11-13 ans. Cela signifie qu’un nombre incalculable d’adolescents ont eu accès à des vidéos pornographiques pendant une bonne partie de la dernière décennie. Pour beaucoup d’entre eux, tout ce qu’ils savent du sexe leur vient du porno. Leurs préférences sexuelles ont été façonnées par ce qu’ils y ont vu.
Qu’en est-il de ce contenu? Ce n’est pas un hasard si l’année dernière, le magazine Playboy a arrêté de publier des images de femmes nues. Il n’y a plus de marché pour cela. Et ce n’est pas simplement à cause des nouveaux moyens d’accès permis par internet. En fait, la raison principale vient du fait que les jeunes ne sont plus intéressés par de simples images de femmes nues. Leurs goûts sont bien plus sombres et pervers. Arrivée à ce point, ma conscience ne me permet plus de relayer certaines des informations données par Luscombe dans cet article. Il suffira de dire que les normes de Lévitique 18 sont totalement renversées par ceux qui sont imprégnés par la pornographie. Tout ce qui est interdit dans Lévitique 18 paraît possible et normal pour un grand nombre de jeunes hommes qui ont baigné dans le porno durant la dernière décennie.

L’un des aspects les plus frappants dans l’article de Luscombe, cependant, concerne l’absence totale de cadre moral. La grande question n’est pas de savoir si l’on devrait visionner du porno ou pas. C’est plutôt celle de savoir si l’utilisation de la pornographie relève ou non d’une « crise de santé publique ». En d’autres termes, le principal problème avec le porno n’est ni moral ni spirituel. Le souci vient plutôt du fait qu’il soustrait les hommes de la fornication avec un grand nombre de femmes. C’est la raison pour laquelle le titre de l’article est le suivant: « La pornographie, une menace pour la virilité ».

Cet article est encore une preuve de notre incapacité grandissante à considérer le sexe dans des termes moraux. Nous en sommes au point où la moralité sexuelle a été réduite au simple consentement mutuel. Notre société a embrassé une liberté sexuelle totale. Si quelqu’un propose une norme morale au-delà du consentement, il sera immédiatement traité de puritain et de réactionnaire répressif. C’est pourquoi l’article de Luscombe – même après en avoir détaillé les conséquences dévastatrices – se garde bien de condamner la pornographie en tant que problème moral. C’est bien là ce qui est si décevant dans cet article. Il fournit les preuves d’un réel problème dans notre culture, mais il n’a presque rien à proposer pour y remédier.

Je n’exagère pas lorsque je dis que la pornographie est une catastrophe civilisationnelle. La révolution sexuelle nous a promis plus de sexe et plus de plaisir. Elle a effectivement donné naissance à une génération d’hommes qui pensent que les femmes sont des objets dont on peut user et abuser pour son plaisir sexuel. Elle ne nous a pas donné des hommes qui savent ce que sont la vertu et l’honneur. La révolution sexuelle n’enseigne pas aux hommes à trouver leur joie dans un amour sacrificiel et à rester sexuellement fidèles à une femme pour toute la vie; elle enseigne au contraire aux jeunes hommes à utiliser les femmes pour le sexe et ensuite, à les jeter lorsqu’elles deviennent réticentes ou qu’elles ne les intéressent plus. Cela signifie qu’elle nous a donné une génération de jeunes hommes qui ne sont vraiment pas préparés pour le mariage et la paternité.
Le problème n’est pas tant que les jeunes hommes ne sont pas préparés pour le mariage. En fait, ils ne sont même pas préparés pour passer une soirée romantique. Nous avons semé le vent et avons récolté la tempête, en particulier pour nos filles qui ont toutes les peines du monde à trouver un homme qui n’ait pas été corrompu par la pornographie.

En tant que chrétien et pasteur, j’éprouve un fardeau pour cela. Je sais que l’utilisation de la pornographie représente le défi pastoral de notre génération. Cette désolation est partout autour de nous et parmi nous. C’est le tourment de bien trop de jeunes assis sur nos bancs. Je ne connais pas un autre problème qui ait autant contribué à subvertir l’identité masculine et le mariage que la pornographie. Elle est en train de nous tuer.
L’article du TIME se termine avec les mots poignants d’un adepte du porno depuis de longues années:
« Quand j’y pense, j’ai perdu des années de ma vie à chercher un ordinateur ou un téléphone portable qui puisse m’apporter quelque chose qui était incapable de me satisfaire. »
Il a raison sur ce point. La pornographie ne peut pas tenir ses promesses. Elle ressemble aux loukoums que la sorcière blanche utilise pour attirer Edmund, dans les Chroniques de Narnia de C.S. Lewis. C’est bon sur le moment, mais ça laisse le jeune homme vide et affamé. Ça n’apporte pas la joie, mais un mécontentement, un désir insatisfait, une faim qui ne peut jamais être assouvie. Si vous 
 continuez à y retourner, elle vous tuera à la fin.

La seule façon de riposter aux ténèbres est d’utiliser la lumière de la vérité. Nous n’avons pas été faits pour du sexe illicite. Nous avons été créés pour Dieu. Ce que tant de personnes cherchent dans les plaisirs sexuels illicites ne peut jamais être trouvé. Peu importe jusqu’où vous vous enfoncez dans les abîmes du porno, vous ne trouverez pas le « truc » que vous cherchez. Vous deviendrez juste un pâle reflet de ce pour quoi Dieu vous a créés. En poursuivant les ténèbres, vous deviendrez ténèbres.
La seule voie pour en sortir, c’est de réaliser que Dieu nous a créés, ainsi que notre sexualité, pour un objectif. Dieu nous a faits pour lui-même, pour le connaître et pour être connus de lui. Il veut que nous passions la pornographie par le prisme de l’ordre moral qu’il a lui-même créé, à savoir la considérer comme un terrible mal qui ne peut être détruit que par la puissance de l’Évangile.
Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver des pécheurs – y compris les utilisateurs de porno. Il offre le pardon des péchés par sa mort sacrificielle sur la croix. Il offre la vie éternelle en vertu de sa propre résurrection d’entre les morts. Et il promet la victoire sur la pornographie grâce au Saint-Esprit qui demeure dans le cœur du croyant. Là où cette puissance prévaut, la pornographie doit s’enfuir. Voilà le renouveau moral et spirituel dont nous avons tant besoin. Et ma prière est que cela se réalise pour chaque personne en train de lire ces lignes.

Source: http://toutpoursagloire.com/tenebres-porno-lesperance-de-levangile/